Comment réduire l’impact des hausses tarifaires ?

Les crises successives, le COVID puis la guerre en Ukraine, ont des conséquences directes et concrètes…

Le pétrole : le litre a déjà franchi la barre symbolique des 2€… et les cours flambent car les marchés anticipent un embargo américain et européen sur le pétrole en provenance de Russie, deuxième exportateur de pétrole brut au monde. La demande mondiale de pétrole reste identique alors que l’offre pourrait s’effondrer en raison de la mise sous cloche de la Russie : mécaniquement les prix augmentent. Même si l’essentiel de la hausse a déjà eu lieu, au-delà d’un certain montant (par exemple 150 dollars, le record atteint en 2007), l’économie va ralentir. Les acteurs économiques, face à une énergie devenue trop chère, vont décider de stopper certaines activités.

Le gaz : comment passer l’hiver quand on est dépendant à 40% du gaz russe ?  Même si l’Europe assure qu’elle a des solutions pour devenir indépendante du gaz russe, la situation risque de se compliquer dans les prochains mois.

Les véhicules et l’électronique : la pénurie de matières premières et de semi-conducteurs dus cette fois-ci au COVID est également préoccupante. Et elle ne touche pas que le secteur de l’automobile, l’informatique et l’électroménager. Dans ces domaines, la demande n’est pas toujours satisfaite et les prix grimpent. Les constructeurs de véhicules devront faire l’impasse sur 8 millions d’unités en 2022, estiment certains spécialistes. Et les choses pourraient ne pas s’arranger en 2023.

L’augmentation du prix des containers : depuis le début de la crise du COVID, on constate une augmentation multipliée par 4 du prix des containers entre la Chine et l’Europe. Auparavant, le prix des containers de 40 pieds était aux alentours des 2200 dollars. A présent, ce prix est à 10.000 dollars. Cette conséquence a un impact direct sur le prix de certains produits vendus en Europe. Cette raison s’explique tout d’abord par un manque de personnel ou de procédures plus longues durant le confinement. De plus, le nombre de containers en circulation a lui aussi diminué au cours de l’année 2020 et 2021. D’autres restent bloqués Outre-Atlantique. Enfin, les secteurs doivent à présent réserver leurs containers 50 jours à l’avance contre 10 auparavant.
Le bois : les besoins sont à la hausse mais la matière n'est pas suffisante pour répondre aux demandes. Conséquences, les prix flambent et la tendance va s'accentuer dans les mois à venir à cause de la crise sanitaire qui a bouleversé la filière à l'échelle mondiale.

Le papier et ses conséquences sur la filière : depuis la crise du Covid, les éditeurs et imprimeurs sont confrontés à un marché du papier mondial très tendu. Avec les restrictions et les confinements, moins d’arbres ont été abattus, les usines papetières ont tourné au ralenti, et la production de pâte à papier (ou pulpe), base de la fabrication du papier et du carton, a chuté d’autant. Conséquence : la hausse des prix. Selon l’indice canadien NBSK de référence, le prix de la pâte à papier a bondi de 60,6 % entre juillet 2020 et juillet 2021, passant de 810 à 1 310 dollars par tonne. Et quelles que soient le type de papier, les prix ont la fièvre et pour l’instant sans espoir d’une quelconque rémission ». Le principal problème viendrait du transport : à cause des restrictions sanitaires, le fret maritime tourne au ralenti et les bateaux embouteillent les ports en attendant d’être chargés. À Los Angeles, environ 60 navires sont ainsi immobilisés.
Les transporteurs peinent ainsi à répondre à la demande, entrainant aussi une hausse des tarifs : le voyage vers l’Europe a dépassé les 10 000 dollars en juillet dernier, contre 1 600 dollars un an plus tôt. Pour ne rien arranger, la pâte disponible est de plus en plus utilisée pour fabriquer des cartons et de moins en moins pour produire du papier graphique, support de la publicité et de l’édition, en raison de l’essor du Click & Collect et de la tendance croissante à la dématérialisation de la publicité et des journaux. L’édition souffre donc à la fois de difficultés conjoncturelles liées à la crise sanitaire et de tensions structurelles dues à la fermeture des usines. Une situation qui ne devrait pas s’améliorer avant mi-2022 au moins. 

Comment juguler ces hausses significatives ? En repensant ses achats et en se regroupant afin de faire des économies d’échelles. Buyco est une solution digitale innovante qui permet aux entreprises de faire des économies. 

Vous souhaitez découvrir notre solution et profiter d’une démonstration en ligne ? Alors contactez-nous. Nous sommes à votre disposition pour échanger : www.buyco.fr. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.